Communiqué de presse : Épreuves communes de contrôle continu (E3C) : les élèves seront les victimes de l’impréparation du ministère

La FCPE exige que l’inorganisation dans la passation des premières
épreuves du baccalauréat 2021 ne crée par une rupture d’égalité entre
les élèves.
L’inquiétude des jeunes et des parents ne fait que grandir face au flou
dans la mise en oeuvre de ces épreuves, aux informations
contradictoires qui circulent sur leur tenue comme sur leurs corrections.
Dans son communiqué du 11 décembre 2019, puis lors de sa
conférence de presse du 8 janvier, la FCPE a demandé un ajournement
des épreuves communes de contrôle continu (E3C), en raison même de
cette impréparation. Demande qui est pour l’instant restée lettre morte du
côté du ministère.
Déjà, lors des premières discussions sur la réforme du baccalauréat, la
FCPE avait souligné les limites de ces E3C, épreuves hybrides entre
contrôle continu et examen, qui renforcent le stress des élèves comme le
bachotage qui n’a pas de plus-value pédagogique. En l’état, les E3C ne
permettent pas aux élèves de rendre compte de la diversité de leurs
acquis à la sortie de leur scolarité.
A quelques jours maintenant du début du calendrier officiel des E3C, les
élèves de première et leurs parents ont bien conscience de leur
importance, puisqu’elles seront déterminantes dans l’obtention du
baccalauréat ainsi que dans les critères de sélection post bac. La FCPE
appelle à ce que les élèves ne subissent pas les contre-effets du
manque de dialogue social.